La Lituanie dans les souvenirs de Emmanuel Levinas et Romain Gary

Les lituaniens sont fiers de l’origine lituanienne de grands écrivains français Emmanuel Levinas et Romain Gary. Tous les deux sont nés en Lituanie : Levinas à Kaunas, Gary à Vilnius, pendant les périodes des occupations sévères. Lors de la vie de Levinas à Kaunas, le pays appartenait à l’Empire de Russie. La période de la vie de Gary à Vilnius est marquée par l’annexion de cette ville par la Pologne. Qu’est-ce que ces écrivains se souviennent de leurs enfance, quelle Lituanie ont-ils emporté en France dans leurs mémoires, quelle Lituanie ils présentent aux lecteurs ? Gary a écrit le roman autobiographique « La promesse de l’aube » où il raconte l’histoire de sa vie. Levinas, lui aussi, mentionnait assez souvent Kaunas et la culture de Litvaks (Litvak – le juif lituanien) en Lituanie. Les faits biographiques de ces auteurs sont déjà reconstruits, on connait qui étaient leurs parents, où ils ont vécu, quand ils ont quitté le pays. Les lieus les plus importants marquants leurs biographies sont marquées par les plaques commémoratives. Le monument destiné à Gary placé à Vilnius rappelle un épisode de son roman : le garçon en train de manger le soulier afin de prouver son amour à une fille. Le café ayant pour titre « Roman Gary » est décoré par des photographies de l’écrivain. La traduction lituanienne des livres de Gary est fortement encouragée. En outre, le club de Gary a été fondé à Vilnius. Si on comparait la réception de ces deux auteurs en Lituanie, on remarquait que l’accueille de Gary a été beaucoup plus chaleureuse, plus bruyante, marquée par des articles dans la presse, des évènements nombreux. Levinas a été accepté beaucoup plus modestement, peut-être pour la raison que ses œuvres sont moins connues au public lituanien. Continue reading La Lituanie dans les souvenirs de Emmanuel Levinas et Romain Gary

Simone de Beauvoir: Le deuxième sexe (résumé de l’introduction)

Le féminisme, c’est un thème auquel on revient assez souvent même si on évite de toucher ce sujet, devenu déjà agaçant. Ce qui reste toujours problématique, c’est la définition des femmes: qu’est-ce que c’est qu’une femme? Toutes les femmes diffèrent des hommes elles ont un utérus. Tout de même, certaines femmes ne sont pas définies comme toutes les autres. Il y a deux sexes dans le monde, les femmes n’y sont pas du tout la minorité, il y a un équilibre entre les deux sexes mais on déclare que la féminité est en danger car une femelle humaine n’est pas forcément une femme. Autrefois, on créait des concepts pour indiquer comment doit être la femme. Aujourd’hui, l’idée de caractériser une femme de telle manière que les Juifs ou les Noirs est rejetée. Les philosophes du nominalisme déclarent que les femmes sont une partie des êtres humains et elles ne sont appelées “femmes” que d’une manière conventionnelle. Selon Dorothy Parker, les hommes autant que les femmes doivent être estimés comme des êtres humains. Et pourtant, les femmes ne sont pas des hommes. Si on rejette le concept féminin, cela ne veut pas dire qu’on rejette la présence des femmes. Enfin, les femmes qui se disent être égales des hommes n’exigent pas moins de respect masculin. Les femmes diffèrent des hommes par de nombreux caractéristiques: les vêtements, le visage, le corps, etc. Peut-être que ces différences cont disparaître plus tard mais pour le moment elles sont bien évidentes. Continue reading Simone de Beauvoir: Le deuxième sexe (résumé de l’introduction)