Fénelon : Traité de l’éducation des filles

Dans son œuvre « De l’Education des filles » Fénelon combat les idées exprimées à travers la discussion sur l’éducation féminine au cours du XVIIe siècle. Afin de présenter l’opinion de la société ou plutôt de cette partie qui s’oppose à l’éducation des filles et qui se moque de leurs connaissances,  Fénelon se sert du pronom « on » : « pour les filles, dit-on, il ne faut pas qu’elles soient savantes… », « on ne manque pas de se servir de l’expérience… », « on se croit en droit d’abandonner aveuglément les filles… », etc. La négligence de l’éducation des filles vient de la coutume et ce sont les mères, donc les femmes qui s’opposent à l’instruction de leurs filles. Continue reading Fénelon : Traité de l’éducation des filles

La leçon politique : Sésostris et Bocchoris : éloge du bon gouvernement ; critique de la tyrannie

Fénelon attribue plusieurs qualités morales positives au roi Sésostris afin de mieux exprimer comment devrait être le vrai roi. Tout d’abord, la vertu répétée quelques fois est sa sagesse et son savoir de s’en servir pour rendre le bonheur à son peuple. Ces traits peuvent être reconnus à travers plusieurs paragraphes où la joie, l’ordre et la paix en Egypte sont mentionnés en décrivant la vie quotidienne des gens dans les campagnes et dans les villes. De plus, Sésostris aime ses peuples comme ses enfants, il s’occupe d’eux, il écoute ce qu’ils disent, de quoi ils se plaignent et il fait cela avec bonté et patience. Continue reading La leçon politique : Sésostris et Bocchoris : éloge du bon gouvernement ; critique de la tyrannie