Conclusion

Dans la partie préliminaire de ce travail on a discuté les points principaux de l’enseignement de la poésie dans les écoles secondaires : la spécifité des textes poétiques, le choix des textes à lire, comment les lire, et on a présenté 17 leçons contenant chacune un poème et des activités qui devraient faciliter la lecture et la compréhension du poème. Nous espérons qu’un lien s’établira entre le poème et son lecteur. L’imagination des apprenants est très riche, donc il ne faut pas la limiter. Ce « manuel » leur permet d’imaginer, de créer, de jouer et d’apprendre en même temps. Les premiers pas vers la connaissance de la poésie sont les plus importants, et ils ne doivent pas décourager les apprenants! Bien au contraire, ils doivent susciter en eux l’amour de la poésie.
Le professeur n’est pas obligé de suivre les activités qu’on propose dans ce projet pédagogique. Il peut improviser, ajouter d’autres exercices ou d’autres questions, supprimer cetaines activités s’ils sont trop faciles ou trop difficiles pour les étudiants. En effet, si le professeur aime la poésie lui-même, le succès de ces leçons est garanti. Il va transmettre ce sentiment aux apprenants et leur lecture du poème sera beaucoup plus profonde et intéressante.
Et pour conclure ce travail sur la poésie, on cite deux vers de Raymond Queneau qui expliquent d’une manière bien amusante ce que c’est, en effet, la poésie :
Bien placés bien choisis
Quelques mots font une poésie.

Glossaire

Forme , n.f.: manière extérieure dont une oeuvre est constituée et organisée (structure, vocabulaire, rythmes, rimes, etc.)
Quatrain , n.m.: strophe de quatre vers.
Rime , n.f.: retour du même son à la fin de deux ou plusieurs vers.
Sonnet , n.m.: poème de quatorze vers, normalement partagés en deux quatrains et deux tercets.
Strophe , n.f.: ensemble de plusieurs vers formant une division d’un poème.
Surréalisme , n.m.: mouvement littéraire né vers 1920, qui rejette toutes les constructions logiques et utilise les forces phychiques (rêve, phénomènes d’automatisme) libérées du contrôle de la raison et de tous principes esthétiques et moraux.
Symbole , n.m.: objet ou image qui évoque ou désigne quelque chose qui n’est pas explicitement mentionné.
Symbolisme n.m.: mouvement littéraire né vers 1885. La poésie devait évoquer plutôt que décrire, les impressions, les intuitions, les sensations, qui devaient prédominer. Les principaux poètes symbolistes sont Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Mallarmé.
Tercet , n.m.: strophe de trois vers.
Vers, n.m.: ligne d’un poème. En français, assemblage des mots rythmés d’après le nombre des syllabes.
Vers libre : vers qui ne respecte pas les règles traditionnelles de la rime et surtout du compte des syllabes.

Leçon XVII Jean de La Fontaine – La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Boeuf

Objectifs
Culturels:
Jean de La Fontaine. Son oeuvre littéraire. Etude du poème La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf.
Communicatifs: faire le choix, exprimer son opinion. Répondre aux questions données. Raconter une fable.
Linguistiques: les subordonnées de comparaison. Continue reading Leçon XVII Jean de La Fontaine – La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Boeuf