L’organisation des leçons

Au début de chaque leçon nous donnons les objectifs de la leçon: culturels, communicatifs et linguistiques. Vienne ensuite une courte biographie du poète. Cela est nécéssaire pour situer les étudiants à l’époque où habitait l’écrivain, indiquer brièvement les circonstances où il écrivait et les éléments culturels qui appartiennent à cette époque. Le “manuel” est divisé en trois étapes: pré-lecture, lecture et post-lecture en suivant les principes courants dans FLE . Les exercices de la Pré-lecture introduisent les lecteurs à la lecture du poème et présentent quelquefois, dans le cas des poèmes difficiles, le lexique du poème etc. La première lecture est destinée à faciliter la lecture en profondeur du poème. Après le texte du poème il y a des questions sur le poème à poser aux apprennants qui auront déjà lu le poème 2, 3 fois ou plus selon le besoin. Ensuite on trouve les exercices de grammaire, de style ou autres qui sont étroitement liés au poème étudié. Et enfin, les exercices de la Post-lecture. C’est la partie de la leçon qui exige la plus grande créativité de la part des apprennants, qui leur demande d’être un peu poètes eux-mêmes . En ce qui concerne la grammaire, chaque poème est accompagné d’un ou deux exercices qui présentent des éléments grammaticaux tirés du poème. Les élèves auront la possibilité de faire une révision des temps, des pronoms etc utilisés dans le texte poétique et de les réutiliser dans les exercices ou en créant leur propre texte.

Pré-lecture. C’est l’étape de la préparation à la lecture, l’observation du texte. Dans les exercices de la pré-lecture on présente indirectement l’information qui pourrait faciliter la lecture. Avant de lire le texte les étudiants sont invités à imaginer, à se familiariser avec le texte, à découvrir eux-mêmes les situations, les émotions, les idées et les expériences qui paraîtront dans le poème. Ces exercices ont aussi l’intention de sensibiliser les étudiants aux différentes connotations des mots utilisés. Tout d’abord ils doivent se familiariser avec un certain nombre de mots avant de lire le texte : on invite les apprenants à deviner le sens de certains mots à l’aide des images ou du vocabulaire utile. Comme ce manuel est destiné aux professeurs expérimentés, nous n’avons pas voulu proposer tous les exercices possibles. Le professeur pourra trouver d’autres posibilités, ajoutant lui-même des exercices pour créer des associations avec des mots qu’on ne connaît pas, ou bien, demander aux étudiants de créer des situations ou de plus longues histoires qui sont liées à ce mot. Ces exercices sont très utiles pour enrichir la langue littéraire et quotidienne, pour leur faire comprendre comment fonctionne un texte poétique ou pour enrichir leur interprétation des mots. Comme les exercices de Pré-lecture stimulent la créativite et l’imagination des étudiants, alors il existe deux règles très importantes:

1. Les exercices de la Pré-lecture peuvent être corrigées mais les notes ne devraient pas être donnés. Cela peut diminuer la créativite des étudiants.

2. Il n’y a pas de réponses correctes aux exercises de la Pré-lecture suggérés dans ce « manuel » .

La lecture. Le « manuel » donne le texte du poème, précédé de quelques exercices de lecture. Le but c’est toujours celui de stimuler la curiosité des apprenants. Les exercices sont surtout des guides de recherche. Ils permettent au lecteur d’exprimer son opinion et de faire des hypothèses. Les exercices d’orientation plutôt linguistique comportent un travail sur certaines expressions, l’usage d’un temps, certaines tournures stylistiques etc. Il n’est pas nécéssaire d’analyser tous les poèmes en détail. C’est mieux d’en prendre quelque aspect et de le dévélopper. Les questions sur le contenu à faire après la lecture du poème devraient faciliter le contrôle de la compréhension. Parfois on peut demander aux étudiants de lire les questions avant de lire le poème afin de leur donner l’idée exacte du texte. Parfois les questions aident à organiser le travail en petits groupes ou préparer une courte présentation du texte. C’est au professeur de choisir la stratégie du travail: faire les exercices oralement et aussi par écrit ou plutôt combiner les deux sortes d’exercices selon la nécéssité. En plus, les étudiants sont invités à créer leurs propres versions poétiques et puis comparer leur travail avec celui du poète. C’est une des méthodes efficaces pour stimuler une lecture réussie. Durant la lecture découverte l’étudiant peut lire le texte intégralement ou en séquences, en silence ou à haute voix, alors, en lisant le poème les apprenants, guidés par le professeur peuvent choisir leur propre variant de la lecture : l’interprétation, « le rythme (durée des syllabes, pauses), l’intensité » . Le professeur peut demander aux élèves de lire le poème à haute voix chacun avec une intonation différente. Ensuite, on peut discuter ces interprétation en classe : est-ce que les élèves font ressortir les mêmes sentiments ? quel en est l’effet? S’il y a la possibilité, on peut utiliser des enrégistrements des poèmes: avant de lire le poème expressivement, on peut inviter les apprenants à écouter un enrégistrement comme modèle de lecture et de leur faire imiter en lisant le poème expressivement.

Post-lecture. La compréhension du texte n’est pas le seul objectif de la lecture. En plus de cet objectif, il y a celui de stimuler l’imagination et la créativité de l’apprenant. La Post-lecture continuent la Pré-lecture et les étudiants sont encore une fois à la place de l’auteur. Les exercices de cette partie de la leçon sont destinés à faire voir le poème d’un autre côté pour que les apprenants puissent assimiler ce que le texte leur a appris. On demande aux étudiants de créer un poème ou un paragraphe tout en utilisant les connaissances acquises sur le poème etudié et en exprimant sa propre expérience.

1. Les imitations. En utilisant le texte comme modèle, les étudiants sont invités à imiter ou à reécrire le poème au contexte différent.

2. La créativité individuelle. On donne aux étudiants le vocabulaire, la première phrase ou les questions exactes, tout en leur demandant d’écrire une histoire, un poème ou un paragraphe d’une longueur indiquée.