Mme de Genlis : Adèle et Théodore

noBeta blockers work by suppressing the effects of epinephrine. also known as adrenalineno
Le projet éducatif
Tome I, Lettres I-V
La campagne est décrite comme la source de la simplicité, le calme et de la solitude qui sont les vrais bonheurs, les paysages charmants qui entourent le château et même le soleil y est plus beau qu’à Paris. C’est comme le berceau où on peut s’isoler, se cacher et se concentrer sur le but prévu. La ville est liée à la magnificence, au faste, à la grandeur qui sont désagréables pour Mme d’Almane et qui sont nuisibles à l’éducation et à la formation des enfants car l’entourage des intrigues et des plaisirs procurent de mauvais exemples.
Le désir d’élever les enfants en province est expliqué par la volonté de les éloigner de tout ce qui inspire le goût du faste, des vices, de l’opéra, de fréquentes visites et, au contraire, de leur donner le désir de la simplicité, de la liberté. Selon Mme d’Almane, elle et son mari sont capables d’élever et d’éduquer leurs enfants eux-mêmes et ils ont leur propre méthode qui exige de limiter l’espace, les domestiques et les amis des enfants. Paris avec les exigences de la vie mondaine, le contrôle social, serait un obstacle au métier d’éducateur que veulent exercer le baron et la baronne d’Almane.

noin the body. buy cheap generic meridia buy Waking up frequently at night Insomnia or restless sleepno
Lettre VIII
L’emploi du temps de Mme d’Almane est strict et précis, la plus grande partie de son temps est destinée à l’apprentissage de ses enfants, à la lecture et à l’écriture. Le loisir est aussi destiné à l’éducation des enfants mais sans aucune pression, sous forme de jeux, de conversations, de promenades. Elle se lève très tôt à 7 heures, fait sa toilette, déjeune et s’occupe des soins du ménage. La religion occupe une place importante car elle écoute chaque matin la messe. Elle essaie d’utiliser son temps libre en se promenant. A 11 heures elle donne une leçon de lecture à sa fille et demande de répéter les textes par coeur. A midi toute la famille dîne et après ils s’amusent dans le jardin ou dans le salon, ils regardent les cartes géographiques, les desseins, ils font de la musique. A deux heures ils vont chacun dans leur chambre et Mme d’Almane écrit pendant deux heures. Les enfants ont la leçon de dessin de 4 à 5 heures. Jusqu’à 5 heures M d’Almane s’occupe de Théodore et Mme d’Almane compte avec Adèle et fait la conversation.  Jusqu’à 8 heures et demi elle joue de la harpe ou du clavecin. La famille soupe à 8 heures et demi et à 9 heures les enfants vont se coucher. M et Mme d’Almane parlent de leurs enfants pendant une heure et Mme d’Almane lit jusqu’à 11 heures. On peut tirer plusieurs conclusions d’un tel emploi du temps : la famille passe beaucoup de temps ensemble, ils se promènent, ils parlent beaucoup et chaque minute est très utile, les jeux et les occupations sont destinés au développement des capacités des enfants et d’élargissement de leurs connaissances; les enfants apprennent à passer leur temps de manière utile. Les parents sont en effet étroitement impliqués dans l’éducation de leurs enfants ; l’horaire très strict ne laisse aucune place au hasard, ce qui impliquerait que l’éducateur est en quelque sorte maître du temps (comme il est maître de l’espace (la description du château) : on peut faire le lien avec l’optimisme des Lumières, la foi dans le progrès, dans la perfectibilité de l’homme et dans l’éducation susceptible de favoriser cette perfectibilité.   

noor sleeping too muchno
Le château, espace pédagogique
Lettres IX-X
L’espace du château est simple et décoré spécialement pour l’éducation des enfants. La famille habite au rez-de-chaussée : la salle à manger représente les Méthamorphoses d’Ovide ; donc la mythologie, le salon – l’histoire romaine, la galerie – l’histoire greque, la chambre à coucher de Mme d’Almane – l’histoire sainte, la chambre de la fille – les tableaux avec une histoire de la France, l’appartement de M d’Almane – les rois et les reines, les grands hommes de France, les chambres du fils et de M d’Almane – l’art militaire, un petit jardin avec les plantes classées, les cartes de géographie sur les murs. Les bains représentent la propreté de la famille. La cabinet d’étude, la bibliothèque montrent le goût des connaissances, de l’apprentissage. Les enfants ont toujours les tapisseries devant leurs yeux et en passant à travers les chambres avec leurs parents et en discutant des histoires représentées ils apprennent les choses sans efforts pénibles.
Le programme d’enseignement contient toutes les matières principales comme l’histoire, la mythologie, la géographie à l’aide des décorations du château (les tapisseries, les cartes géographiques, etc.) et les conversations sur ces sujets. L’arithmétique est enseignée en comptant les jetons, la musique en jouant des instruments divers, l’architecture en construisant les bâtiments à l’aide des cartes préparées par Mme d’Almane. Ce sont M et Mme d’Almane qui enseignent ces matières. Ils ont aussi des professeurs pour faire apprendre aux enfants le dessin (le peintre italien), l’anglais (la femme à chambre anglaise), la broderie pour Adèle (la femme qui est professionelle dans cette matière), l’agriculture (le jardinier, les jardins des enfants). Les enfants devraient aussi parler l’italien et Théodore devrait savoir les termes militaires en allemand.
La correspondante de Mme d’Almane la félicite de sa méthode car les enfants apprennent les choses sans apprendre par coeur les dates et les faits [l’importance des images pour retenir des dates et des faits qu’il serait très ennuyeux autrement d’apprendre par coeur] et, selon elle, cette méthode pourrait aussi être utile dans l’apprentissage du prince. 
L’espace est conçu comme matériel pédagogique, c’est une sorte d’outil au service du projet éducatif du baron et de la baronne d’Almane ; c’est aussi une sorte de livre ouvert, accessible aux enfants qui le déchiffrent en se déplaçant dans un espace familier, intime ; comme dans le cas de l’emploi du temps, noter aussi qu’il n’y a pas de place laissée au hasard.

noWaking up frequently at night Insomnia or restless sleepno
Les principes éducatifs de Mme d’Almane
Lettres X-XI
La correspondante de Mme d’Almane l’accuse en ce qui concerne l’éducation féminine disant que son programme est fait pour les femmes supérieures et il faudrait s’orienter vers la médiocrité car il y a très peu de femmes qui pourraient suivre cette méthode. Elle pense que la multitude des sujets à apprendre peut nuire à la santé de l’enfant et peut être dangereuse. Elle se demande également comment apprendre à danser et à chanter pourrait cultiver l’esprit et former le coeur de sa fille.
Mme d’Almane répond que les connaissances ne sont pas si nombreuses car sa fille va apprendre seulement les choses qui sont convenables et compréhensibles pour elle (cf. Emile de Rousseau). De plus, l’apprentissage se passe sous forme de jeux et d’amusements. Les mères sont responsables de l’apprentissage des filles, elles doivent inspirer en elles le désir d’apprendre et être elles-mêmes comme exemple pour les filles (les mères comme les enseignantes – cf. Fénelon, Rousseau).

noor sleeping too much Waking up frequently at night purchase generic klonopin xanax Call your health care provider or mental health professional if any of the symptoms are interfering with your ability to function. It is especially important to call your doctor if you feel like life is not worth livingno
Lettre XXVI
Pour corriger les défauts des enfants il faudrait imposer des punitions convenables pour l’âge de l’enfant (par exemple, la privation d’un joujou ou de la nourriture préférés). Pour les fautes graves il faudrait exiler l’enfant de la chambre sans lui parler, les enfants devraient craindre et respecter leurs parents, avouer toujours leurs fautes, les parents devraient représenter l’autorité pour eux. Il faudrait persuader les enfants qu’il est  bon de reconnaître ses fautes mais ne pas les louer de cela mais expliquer qu’il est mieux de ne pas commettre de fautes. Il faudrait expliquer aux enfants qu’ils seront heureux et estimés s’ils sont vertueux et il faudrait prouver cela par des exemples et leur propre expérience.

noor if thoughts of harming yourself come to your mind. With U.S. obesity rates nearing 35 percent of the adult populationno
L’éducation de Théodore
Lettres XVI, XVIII, XIX
Selon M d’Almane il faut former les principes chez l’enfant à travers les exemples concrets, ne pas apprendre les choses trop tôt (le latin). Tout d’abord il faut comprendre l’enfant, l’observer pour savoir ses inclinations et capacités et seulement après appliquer l’éducation à sa portée.
Il faut accoutumer les enfants à tenir leurs engagements, les rendre fermes et leur montrer de façon pratique les conséquences du manque à sa parole, par exemple. Ce sont les principes qu’il faut apprendre tout d’abord à l’enfant. Quand il prouve qu’il peut se contrôler lui-même on peut louer l’enfant mais modérément. De plus, il faut apprendre aux enfants à triompher de leurs passions et à se réjouir de la paix de l’âme. Il faut inspirer aux enfants le désir de mériter une réputation éclatante, le désir de se distinguer et l’amour de la gloire.
M d’Almane apprend à Théodore les langues vivantes : l’anglais, l’italien et l’allemand. A l’âge de 12-13 ans il va apprendre le latin afin de comparer l’antiquité et la modernité. Théodore apprend également la peinture, l’agriculture, l’histoire, la géographie, l’architecture, l’art militaire.
Contrairement à Rousseau, Mme de Genlis pense que l’homme naît avec les défauts et les vices. L’éducation est nécessaire pour guider l’enfant, pour perfectionner les vertus et inspirer les passions, le rendre un grand homme ambitieux avec ses principes. Il faut essayer d’élever un homme distingué.

nomany doctors have called on the FDA to approve new weight-loss treatments. But a long line of prescription diet pills have been associated with dangerous side effectsno
L’éducation de prince
Tome I, Lettres XXIV
Le comte de Roseville accuse Rousseau d’avoir emprunté ses idées aux autres auteurs comme Fénelon et les autres et ses idées n’étaient pas aussi nouvelles qu’il l’a déclaré [il y a une critique de l’éducation « négative » telle que l’expose Rousseau dans le livre II de l’Emile] Sa méthode est un peu une extrémité. Il accuse aussi Rousseau de mauvais goût, critique son style et dit que les principes proposés sont dangereux. En fait, ce sont les femmes qui ont loué Rousseau malgré le fait qu’il les méprisait et les décrivait toutes comme les coquettes mais il parlait d’elles avec le ton de la passion. Il le critique aussi de ne pas accepter d’élever le fils du prince, c’est la philosophie fausse car élever le prince est la possibilité de faire beaucoup de bien pour le peuple.
Tout d’abord il faut inspirer chez le prince le respect pour les autres, pas le respect de l’étiquette mais pour ceux qui le méritent, qui travaillent pour le bien de la nation. Il faut que le prince cultive son esprit et acquiert des connaissances solides, il doit être vertueux, modeste et pas orgueilleux. Il faut lui inspirer le mépris pour la flatterie, les louanges, lui expliquer qu’elles sont destinées pour le séduire et qu’elles ne sont pas naturelles et sincères (cf. Télémaque de Fénelon).

noparticularly heart problems.no
Tome III, Lettre LIII
Le gouverneur devrait être choisi selon les qualités nécessaires pour réussir à l’éducation du prince et pas selon ses mérites ou son rang. Il faut observer les candidats pendant quelques années avant de décider et de choisir le gouverneur vertueux et intelligent.
Le gouverneur doit se préparer pour ses fonctions, étudier les ouvrages sur l’éducation, consulter les personnes qui ont réussi à élever les enfants. Tout d’abord, il faut choisir la gouvernante et les domestiques et seulement après le gouverneur. Le gouverneur devrait connaître la vie de la cour.

Voyage et éducation
Tome III, Lettres XXXI-XXXII
La Hollande est décrite comme le symbole de la simplicité, de la vertu, de la propreté. On peut apprendre de l’ordre de l’extérieur autant que de l’intérieur des maisons, de l’aspect soigné des maisons, des jardins, de la volonté d’embellir l’environnement. Les habits des gens sont recherchés, ornés des bijoux. Les gens sont travailleurs et respectent les bonnes mœurs, on remarque l’union entre les gens, la tendresse pour les enfants, le respect pour les femmes. Le programme d’éducation contient également les visites des manufactures du papier, des cordes, des cables, etc.
La comparaison de la Hollande avec l’Italie est une série des contrastes : les paysages plats en Hollande et la nature très variée en Italie, les gens sont simples et travailleurs en Hollande et ceux en Italie sont orgueilleux et paresseux. Tout de même, l’Italie est plus riche en sculptures, les peintures, l’histoire, les bâtiments semblent vieux et représentent l’histoire et en Hollande les maisons semblent neuves, les tableaux sont petits et de moindre valeur [dans le cadre du projet éducatif, la Hollande est préférable à l’Italie : le paysage hollandais répond davantage à l’ethique utilitaire du baron et de la baronne d’Almane. Dans Adèle et Théodore, on voit la construction d’un modè le de vie bourgeois dans lequel les valeurs familiales, autour du père et de la mère, favorisent le développement physique et moral de l’enfant. La vision idéalisée de Broek in Waterland propose une sociabilité harmonieuse dans un espace privé, intime (loin de la ville et de la vie mondaine)].